Pour faire simple, « la Culture c’est tout ce que tu as appris dans la vie. Toutes tes connaissances sur tout. » On dit aussi que la Culture c’est comme la confiture, moins on en a et plus on l’étale !

« Ville d’art et d’histoire dont de nombreux monuments sont classés au Patrimoine mondial de l’humanité, Arles voit son avenir et son développement fondés sur la Culture, l’image et le patrimoine » affirme le site de la ville d’Arles. Une fois de plus, cet été a démontré qu’Arles a des atouts considérables pour briller et vivre de la Culture. Ses Festivals - Rencontres de la Photo, les Suds (+ 14% de fréquentation), les Escales du Cargo -, ses monuments – Théâtre Antique et Arènes (300 000 visiteurs en 2012) qui ont bénéficié du « Plan Patrimoine Antique » avec 25 millions d’euros de travaux dont la moitié a été apportée par l’Etat -, ses Musées, ses expositions (plus de 130 000 visiteurs pour Rodin) attirent chaque année toujours plus de monde alors que nombre de festivals et de villes se plaignent d’être touchés par la crise. Les plus grandes écoles d’équitation du monde ont investi les arènes, décorées par un arlésien, l’homme de mode Christian Lacroix, lors de neuf soirées consacrées à l’art équestre. A ce patrimoine exceptionnel, va s’ajouter d’ici quelques mois, la Fondation Van Gogh, la construction de la future école nationale supérieure de la photographie et le projet de la Fondation Luma avec la Tour F. Gehry (de la hauteur de la tour de Pise) aux ateliers SNCF. Arles est reconnue : Aurélie Filippetti, Ministre de la Culture, est venue 4 fois en 6 mois ; le Président, François Hollande, lors de sa visite axée sur l’emploi des jeunes dans le secteur culturel, a souligné le caractère unique en Europe du projet Luma. Même si tout n’est pas parfait, si beaucoup reste à faire et si nous avons des griefs ou des revendications en direction des politiques menées (nous n’hésitons jamais à l’écrire dans ce blog), il faut reconnaître, que depuis une douzaine d’années, nos élus locaux ont été efficaces dans le domaine culturel et patrimonial. Ils ont su poser des jalons, faire jouer leurs réseaux et leurs relations (y compris privées), se démener pour que notre ville sorte par le haut des difficultés engendrées par la disparition de l’industrie arlésienne (Ateliers SNCF, Constructions Métalliques de Provence, Papeterie Etienne, usine Lustucru, …). ▄

Les arènes décorées par Christian Lacroix, photo Albert LAUGIER :

 

Arènes, chevaux et écuyers 23-07-2013 001