Nous allons élire, les 22 et 29 mars, un couple de Conseillers Départementaux à la tête d'un nouveau canton (l'un des plus grand de France : 120 600 hectares, 63 515 habitants pour 46 385 électeurs). L'exercice va être quelque peu étrange puisque l'avenir des Conseils Départementaux, la définition de leurs futures compétences et des moyens dont ils disposeront demain, restent toujours incertains.

Seule certitude pour le moment : les politiques publiques d'action sociale (1,25 milliard d'euros en 2014 soit la moitié du budget) restent dans les compétences du département. Les autres grandes actions : la voirie, les transports, l'éducation (les collèges publics), le service départemental d'incendie et de secours (SDIS), le domaine culturel, le soutien au territoire, peuvent encore évoluer.

Cette réforme du mode d'élection des Conseillers Départementaux, confirme une fois de plus la magie de l'administration française : on divise par deux le nombre de cantons pour économiser mais on double le nombre de Conseillers Départementaux pour ne pas déplaire aux élus de tous bords!

Nous avons profité de cette échéance électorale, pour demander  aux candidats républicains s'ils étaient prêts à accélérer la réalisation de la déviation de la R.D. 35, indispensable pour désenclaver notre quartier. Réponse dans quelques jours.

Cantons_des_Bouches-du-Rhône_(2014)