20160106094704-403f5d7b-me

 Traditionnellement les vœux de l'élue du quartier se déroulaient à la Maison Publique Christian Chèze, un lieu central au sein du quartier d'un peu plus de 7 000 habitants formé par Barriol, les Semestres et Plan du Bourg. Cependant, depuis 2 ou 3 ans la salle était trop petite par rapport à l'affluence. Arielle LAUGIER a donc décidé d'utiliser  l'école Louis Aragon de Plan du Bourg. Pour les Semestres cela sera impossible car il n'y a pas de salle à proximité. 101 personnes étaient présentes ainsi que le Maire, 12 élus de la majorité, 3 de l'opposition et 6 Directeurs des services communaux. Absence des élus du F.N. alors qu'ils ne sont pas avares de commentaires désobligeants concernant notre quartier. Ils étaient cependant présents lors d'autres vœux (cf. le site de la ville d'Arles : www.ville-arles.fr). L'élue a fait le bilan des travaux réalisés en 2015 pour un montant total légèrement supérieur à un million d'euros. Elle a évoqué les actions conduites, les événements divers qui se sont produits tout au long de l'année écoulée. Nous ne les reprenons pas puisqu'ils ont fait l'objet de nombreux articles dans ces pages. Bien sûr, ont été rappelés les événements positifs sans occulter ceux plus difficiles ou tragiques survenus en 2015, notamment le décès d'un enfant de 5 ans lors de l'incendie accidentel d'un appartement, place des Troubadours, à la veille de Noël. L'élue a ensuite remercié toutes les personnes avec qui elle a travaillé avec plaisir : les responsables des services communaux, de Regards, de 13 Habitat, de la CLCV, de l'ADAPP, du CCAS, les enseignants des groupes scolaires,... Dans sa conclusion, Mme LAUGIER rappelait les actes barbares perpétrés en janvier et novembre à Paris, et lisait, un extrait du poème de Louis Aragon, Paris, 1944 :
    "Rien n’a l’éclat de Paris dans la poudre
     Rien n’est si pur que son front d’insurgé
     Rien n’est ni fort ni le feu ni la foudre
     Que mon Paris défiant les dangers
     Rien n’est si beau que ce Paris que j’ai

    Rien ne m’a fait jamais battre le cœur
    Rien ne m’a fait ainsi rire et pleurer
    Comme ce cri de mon peuple vainqueur
    Rien n’est si grand qu’un linceul déchiré
    Paris Paris soi-même libéré."
La référence, de circonstance, a été fort appréciée par l'assistance.
Il revenait à M. le Maire de conclure par un discours plus politique, évoquant l'importance du vote d'extrême droite, le fonctionnement de la démocratie et l'augmentation des impôts locaux à laquelle il a dû se résoudre.
Pour une "première" dans ce groupe scolaire, c'était une présentation de vœux réussie. La configuration de la salle a permis aux présents d'échanger pendant environ une heure avec les élus mais aussi entre eux. Un moyen de bien commencer l'année au sein de notre quartier.