Journal Les ECHOS, 29/07/2016 :

François Hollande a inauguré le premier chantier du plan de relance autoroutier actuel.

Venu à Rivesaltes (Pyrénées-Orientales) lancer le premier chantier du plan de travaux autoroutiers signé entre l'Etat et les concessionnaires, le président de la République en a profité pour annoncer le lancement d'un deuxième plan. « Vous me proposez une autre phase, d'autres projets qui pourraient être financés sans qu'il en coûte aux contribuables, sans que ce soit, pour les villes, une charge supplémentaire, a lancé François Hollande à Pierre Coppey, président de Vinci Autoroutes et de l'Association des sociétés françaises d'autoroutes. Le ministre des Transports est prêt, et je l'appuierai, à ce que nous puissions très vite décider de ce nouveau plan de manière à ce que nous puissions engager ces travaux très rapidement, c'est-à-dire au début de l'année prochaine. »

Aux termes du plan signé en 2015, les concessionnaires (Vinci, Eiffage, l'espagnol Abertis et le fonds d'investissement Macquarie) vont investir 3,2 milliards d'euros en travaux d'extension et d'élargissement du réseau concédé, en contrepartie d'un allongement (2 ans et demi en moyenne) de la durée de leurs concessions, donc « sans en appeler à une dépense publique et sans en appeler à une augmentation des péages », a insisté le président de la République.

« 100 nouveaux projets »

Vinci Concessions, le plus gros contributeur, investira pour ce premier plan 1,7 milliard d'euros de travaux, dont 140 millions pour une centaine de petites opérations et plus de 1,5 milliard sur sept grands chantiers, dont celui lancé par François Hollande ce jeudi : l'élargissement des neuf kilomètres de l'A9 entre Perpignan et Le Perthus (la frontière espagnole). Un chantier techniquement complexe, confié à Eiffage, qui suppose d'élargir et de renforcer quatre viaducs de plus de 50 mètres de haut. Un autre de ces grands chantiers sera l'élargissement de la traversée de Toulon par l'A57.

Après un premier plan qui a déclenché la polémique avec quatre ans écoulés entre sa conception, en 2011, et sa finalisation, cette seconde mouture couvrirait les besoins non intégrés par le premier plan. « Il y a en France aujourd'hui 100 nouveaux projets qui appellent des investissements, pour améliorer la circulation périurbaine, autour de Paris, de Lyon, de Nice, de Toulouse, de Bordeaux ou de Nantes, pour améliorer la desserte des territoires et pour générer de la croissance et des emplois », a souligné Pierre Coppey.

Lyon, avec son autoroute en traversée urbaine et son contournement autoroutier totalement congestionné, est un des besoins identifiés. Mais le montant du deuxième plan n'a pas été détaillé ce jeudi.

M. C., Les Echos

Photo ASSPB :

Opé