Après le froid intense de début janvier, il y eut des nuits chaudes! Dans la nuit du 27 au 28 janvier quatre véhicules et une habitation (bd. Georges Bizet) ont été incendiés en centre-ville. Deux autres véhicules, volés place de l'Amistadou, ont également brûlés (un troisième a été atteint par les flammes) à proximité des immeubles "Les Portes de la Camargue", avenue Bachaga Boualem. Une fois de plus la bêtise et l'irresponsabilité de quelques uns ont un coût exorbitant pour des arlésiens. Le week-end précédent, dans la nuit du 20 au 21 janvier, des véhicules avaient été endommagés en centre-ville et 9 conteneurs d'ordures ménagères étaient parties en fumée à Barriol, rue Jean-Paul Méjean. Une altercation avait aussi fait un blessé léger au sein du Centre Commercial. Allons-nous connaître à nouveau une vague de méfaits divers et variés comme en 2014? Il est à noter que ces difficultés s'étaient produites aussi avant des élections! A qui profite le crime? Un matin de février, le propriétaire d'une Clio, stationnée chemin des Semestres, a eu la désagréable surprise de retrouver son véhicule sans ses 4 roues! Le phénomène des voitures incendiées s'est propagé aux quartiers des Alyscamps, Bigot, centre-ville, le Trébon, Monplaisir et au garage Peugeot (54 véhicules partis en fumée en une nuit)! Le 25/02, rue Calcinaïa, le vol d'un vélo attaché à une conduite a provoqué une importante fuite de gaz et un dysfonctionnement dans près de 300 foyers! Un jeune âgé de 21 ans du quartier de Barriol, soupçonné d'être à l'origine des incendies, a été déféré et mis en examen (La Provence des 09 et 10 mars 2017). La nuit du 10 au 11/03, deux véhicules ont été incendiés, rue des Mouettes (représailles?).

Les véhicules incendiés, rue des Mouettes, photo ASSPB :

unnamed 33

Photo APC :

unnamed 34