Au premier tour, on choisit, au deuxième, on élimine!
L'élection présidentielle française de 2017 aura lieu les dimanches 23 avril et 7 mai. Cette élection visera à élire le président de la République pour un mandat de cinq ans. Il s'agira de la onzième élection présidentielle de la Cinquième République et de la dixième au suffrage universel direct. Elle sera suivie par les élections législatives les 11 et 18 juin.
La règle, telle qu'on a pu la vérifier à huit reprises sous la Ve République, est que le 1er tour donne aux électeurs la possibilité de faire un choix. Ils le font à partir de leurs préférences politiques, des programmes et des mesures annoncées, mais aussi par les images que donnent d'eux-mêmes les candidats. Et pour cette élection, les images sont particulièrement contrastées ! Au contraire, le second tour est un duel frontal, où le gagnant est celui qui rassemble non seulement ses partisans, mais aussi ceux qui, ne retrouvant pas leur choix du 1er tour, rejettent son concurrent.  
Telle était, jusqu’à présent, la règle d’or d’une élection à deux tours, notamment pour l’élection la plus prisée des électeurs, après celle du Maire : l’élection présidentielle.
Or pour la première fois sous la Ve République, le président sortant choisit de ne pas être candidat à sa succession à l'issue de son premier mandat. D’autre part, un nouveau choix est apparu pour les électeurs du premier tour des primaires de droite puis de gauche : le « dégagisme » ! C’est-à-dire que les électeurs ne votent plus en fonction de leurs préférences mais pour empêcher le candidat qui leur déplaît le plus d'accéder au second tour ! Un autre candidat fera-t-il les frais du « dégagisme » ?
Cette dérive pourrait s’expliquer par le fait qu’aucun candidat, malgré leur nombre élevé, n’habite la fonction ni n’émerge par ses qualités : honnêteté, courage, proximité, réalisme, capacité à rassembler,…

2048x1536-fit_premier-debat-televise-election-presidentielle-2017