«Manifestations supprimées, filières et équipes décapitées, entraîneurs licenciés, dirigeants épuisés, bénévoles laminés… Alors que la capitale se voit attribuer les Jeux, la baisse des moyens publics plombe les petites structures.» Tel était le titre de Libération, le jour de l’attribution des Jeux Olympiques 2024 à la ville de Paris. La réflexion concernait les associations sportives mais pas seulement. Toutes les associations de France et de Navarre doivent faire face à la diminution ou l’extinction des finances publiques.

Malheureusement, les associations arlésiennes n’y échappent pas. « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés » (Les Animaux malades de la peste, Jean de La Fontaine). Depuis deux ans, avec le changement de majorité politique, les associations arlésiennes souffrent de la baisse ou de l'extinction des subventions attribuées par les collectivités du Département et de la Région. De son côté, l'État diminue, avant de supprimer, les contrats aidés si bénéfiques aux associations. D'autre part, ACCM n'a pas de politique d'aide aux associations. Il n'y a plus que la ville qui maintient au même niveau son aide matérielle et financière au tissu associatif arlésien.
C'est une politique à courte vue qui va décourager des milliers de bénévoles et les renvoyer à la maison!  Pour des motifs mercantiles, le "tout pour l'économie" des dirigeants, le pays va perdre des emplois et les valeurs des bénévoles : la citoyenneté, le besoin d'action, l'enthousiasme, la passion, la générosité, la convivialité, l'esprit d'équipe,...

La France est l’un des pays qui comptent le plus d’associations dans le monde. Par leur dynamisme, elles jouent un rôle essentiel dans le fonctionnement de notre société au quotidien, occupent une place importante dans notre économie, tout en offrant à tous la possibilité de participer à la vie sociale du pays. Il y a 1 100 000 associations actives en France pour un budget de 70 milliards d'euros par an, ce qui représente 3,5 % du PIB. 167 505 associations employeuses salarient 1 834 640 personnes, pour une masse salariale totale de 38,314 milliards d'euros. Le secteur associatif représente aujourd'hui près d'un salarié privé sur dix.

Le stand de la MdVA qui regroupe 450 associations, lors de la dernière Fête des Associations, photo MdVA :

af8b072cf1fea42ee4373d33b2fece91