Ça ne se fera pas sans vous !

  • Voilà 25 ans que notre cité est asphyxiée par le trafic de la RN 113 ! Véritable cheminée polluante en cœur de ville !
  • 25 ans que chaque année, la presse relate de terribles accidents dus à des pannes et collisions entre automobiles, autobus et camions qui traversent Arles.
  • 25 ans que les autorités reconnaissent que le trafic sur la RN 113 augmente sans cesse, et va continuer d’augmenter puisque la RN 113 est le passage obligé entre les régions Paca et Occitanie, entre l’Espagne et l’Italie, et que de nouvelles zones d’activités se développent à Fos/Mer. En 2018 ce sont entre 60 000 et 80 000 véhicules/jour qui franchissent le Rhône, traversant Raphèle, Pont-de-Crau, Fourchon, Chabourlet, Semestres, Barriol, La Roquette, Trinquetaille.
  • 25 ans que l’accès à la 4-voies par le Bd. Clémenceau est un véritable danger pour les Arlésiens en voiture qui doivent s’insérer dans ce flux continu de véhicules.
  • 25 ans que la 4-voies constitue une vraie barrière entre quartiers de l’agglomération.

Il vous appartient de faire cesser ce danger permanent !

Le trafic de la RN 113, c’est encore :

  • la diffusion de polluants atmosphériques dans tout le centre-ville,
  • le danger d’accident majeur  pour les riverains,
  • une nuisance sonore permanente, de jour et de nuit,
  • les embouteillages énormes au moindre problème de circulation.

La RN113 actuelle est aussi un obstacle au développement des entreprises arlésiennes et à l’implantation de nouvelles activités. Elle pénalise aussi l’attraction de notre ville inscrite au Patrimoine de l’Unesco.

Pour toutes ces raisons, les comités de quartier, de village, associations diverses, la chambre de commerce et d’industrie, avons depuis longtemps réclamé que l’Etat prenne la décision de construire le contournement autoroutier d’Arles.

Aujourd’hui c’est à vous de décider si ce combat doit aboutir ou non.

Beaucoup de ceux qui disaient nous soutenir l’ont fait du bout des lèvres, empêtrés dans des rivalités politiciennes. L’Etat qui s’était finalement décidé à construire ces 13 km d’autoroute manquants entre l’Espagne et l’Italie, estime maintenant que ce n’est plus urgent, qu’il faut reprendre des études et envisager une solution… dans 20 ans.  

DE QUI SE MOQUE-T-ON ?

Si la population ne se mobilise pas dans l’urgence pour exiger que ce chantier commence maintenant, l’Etat nous condamnera à vivre 20 ans de plus au milieu des poids-lourds, parfois de véritables bombes roulantes, et autres véhicules qui ruinent la santé des riverains.

La coordination des comités de quartier, de village, et associations assimilées, appellent à une réunion publique, salle des Fêtes, boulevard des Lices. Avec les élus locaux, régionaux, la députée de la 16e circonscription, les représentants du monde économique (CCI, UPE 13, …),

Ensemble, exigeons de l’Etat qu’il ouvre ce chantier sans délai.

 Les CIQ/CIV et Associations assimilées :

De Trinquetaille,

De l’Hauture,

De La Cavalerie, St Julien, Réattu,

De Pont-de-Crau,

 De La Roquette,

L’Association de la Cité de relogement,

L’Association Sud-Semestres-Plan-du-Bourg,

Le CIV de Raphèle.

 

IMG_0410