Notre association vient de recevoir une invitation à adhérer à l’Association « Tous pour le contournement autoroutier d’Arles maintenant ! ». Elle a été également adressée à tous les CIQ/CIV et Associations assimilées membres de la Coordination qui défend depuis toujours ce contournement. Une démarche normale, logique et démocratique aurait été que cette nouvelle association propose d’adhérer à la Coordination et non pas le contraire. Mais ses initiateurs ont préféré voir midi à leur porte !

Le 13 février 2017, a été créée une association ayant pour objet : « … le rassemblement des habitants usagers et forces vives de la commune, des communes voisines et (ou) concernées par le contournement autoroutier de la ville d’Arles. Cette association a pour but d’affirmer et de démontrer par tous les moyens légaux la nécessité absolue de la réalisation urgente du contournement autoroutier de la ville… ». D’autre part, son futur Conseil d’Administration (article 13) est explicite : « L’association est dirigée par un conseil de 11 membres maximum, 5 sont élus parmi les membres fondateurs élus par l’ensemble des membres fondateurs ; 6 sont élus parmi l’ensemble des adhérents… ». Si ce n’est pas verrouiller le fonctionnement d’une association, ça y ressemble fortement.

Son Président fondateur, Philippe GHEZZI, architecte et urbaniste, est accompagné de six autres membres fondateurs. Tous sont soutiens du mouvement politique arlésien « En Marche ». N’oublions pas que les candidats pour les municipales de 2020 sont déjà dans les starting-blocks. Les premières réactions que nous avons eu démontrent que les arlésiens sont loin d’être dupes.

Bien entendu, tout le monde peut créer une association, il suffit de deux personnes, et, avoir par ailleurs un engagement citoyen et politique n’est pas rédhibitoire. Cependant, cette démarche qui arrive à un moment crucial d’un projet dont les péripéties durent depuis 23 ans, a interpellé notre Conseil d’Administration qui est engagé depuis 1995 dans la défense du contournement avec tous les CIQ et CIV de la ville.

Cette décision nous semble plus opportuniste qu’efficace. Elle nous rappelle cette expression citée dès 1640 : « tirer les marrons du feu avec la patte du chat ». Elle a été ensuite popularisée par Jean de la Fontaine dans sa fable « Le singe et le chat ». Ou encore, cette création ressemble au fonctionnement de la famille des Anomura ou Anamoures dont font partie les Bernard-l’ermite, bien connus pour accaparer la coquille des autres espèces !

Mais c'est surtout un mépris total des bénévoles associatifs qui ont oeuvré en faveur du contournement pendant toutes ces années!

FIGSAFHERCRA